euromed logo
en fr ar
 
Zone réservée

Vers une nouvelle stratégie en faveur du patrimoine culturel de la Méditerranée

(21-23 janvier 2013, Fez, Morocco)
Comment le patrimoine peut-il être intégré dans les politiques de développement? Comment peut-il constituer une source d'emplois? Comment peut-il devenir un vecteur de citoyenneté?

Comment le patrimoine peut-il être intégré dans les politiques de développement? Comment peut-il constituer une source d'emplois? Comment peut-il devenir un vecteur de citoyenneté? Voici quelques-unes des questions auxquelles les experts, qui ont participé à la conférence de clôture d'Euromed Héritage la semaine dernière à Fès au Maroc, se sont intéressés en vue de préparer le document final et leurs recommandations concernant l'avenir du patrimoine culturel dans la région euro-méditerranéenne.  

Une analyse critique des acquis et les défis encourus ont fourni un certain nombre d'idées constructives sur lesquelles les actions futures devraient se baser, comme:

  1. La sauvegarde du patrimoine est assurée par le biais de son appropriation par les citoyens.
  2. Le patrimoine doit être exploité comme facteur déterminant pour le développement des communautés locales par le biais de compétences acquises (plus particulièrement traditionnelles), et par la création d'emplois.
  3. Le patrimoine est un domaine multidisciplinaire ; aussi doit-il être abordé en regard des différentes voies de développement, plus particulièrement le tourisme, l'énergie et l'environnement.
  4. Le patrimoine doit induire des partenariats bien organisés entre les secteurs public et privé (financement et gestion), et des programmes axés sur l'autonomisation des PME, avec la participation effective des ONG, des habitants, et les médias.
  5. La valorisation du patrimoine impose une approche territoriale globale, complétée d’une acuité particulière sur la dimension et (ou) les questions sociales ainsi que les problèmes de logement.
  6. Les pays partenaires ont développé leurs capacités et c'est à eux maintenant de prendre l'initiative pour aller plus loin, tout en maintenant le soutien et la médiation de l'Union européenne dans le cadre du partenariat euro-méditerranéen.

Un nouveau processus a été établi avec l’objectif d’intégrer le patrimoine dans les politiques de développement en vue de l'amélioration de la qualité de vie des populations. Ce processus souligne la valeur d’une approche transversale, avec l’intervention de divers ministères et (ou) autorités (en amont et concomitante), en corrélation avec les universités, les écoles spécialisées (cf EPA), et l'éducation (formation et recherche), et en partenariat avec le secteur privé.

Le chef de la délégation de l'UE au Maroc, l'ambassadeur Eneko Landaburu, a déclaré dans son discours de bienvenue à la conférence: «Le patrimoine culturel a un énorme potentiel en termes de développement économique et humain. La crise économique qui frappe l'Union européenne et le monde en général, limite les ressources disponibles pour soutenir les programmes de coopération, mais la cause du patrimoine culturel mérite encore d'être défendue, et le patrimoine culturel doit rester à l'ordre du jour tant pour l'Union européenne que pour les pays partenaires méditerranéens ».

Lors de la conférence, plus de 100 experts d'Euromed Héritage se sont répartis en six groupes de travail pour faire le point sur les questions principales qu'ils ont identifié. Ils ont réagi positivement à «l'approche participative», une méthodologie innovante qui combine deux éléments apparemment incompatibles: la liberté (d'expression, de choix, de mouvement) et la structure (contraintes de temps, des objectifs clairs, des résultats par écrit), et ont ainsi produit et validé le document d’orientation pour les « perspectives », disponible ici.

Clause de non-responsabilité | Droits d’auteur